A Parisian Perfume Promenade

Article écrit par Barbara de la Motte Saint Pierre, artiste Parisienne et par Melissa Ladd, et traduit par Melissa.
*
Article written by Barbara de la Motte Saint Pierre, a Parisian artist and by Melissa Ladd, and translated by Melissa.

Nous voilà revenus de notre ballade de perfumistas, Melissa, son Chéri et moi.
*
Here we are, returned from our Paris perfume prommenade, Melissa, her Chéri and I.
Perfume Tour, Prête-Moi Paris
Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Nous avons commencé rue de la Paix chez Amin Kader chez lequel nous avons respiré les eaux de cologne de Santa Maria Novella, maison florentine qui remonte à 1500, et qui était le fournisseur de Catherine puis de Marie de Médicis. Dans leurs production j’ai respiré Maréchale qui est le parfam de Léonora Galigaï, maréchale d’Ancre et favorite de Marie de Médicis. Sur le moment ce jus poivré me conquit… mais j’allais au devant d’autres émotions olfactives.
*
We began on rue de la Paix at Amin Kader where we smelled the eaux de colognes by Santa Maria Novella, a Florentine perfume house that dates back to 1500, and who was the perfume supplier of Catherine and then Marie de Médicis. In their collection I tested Maréchale which was the perfume of Léonora Galigai, maréchale d’Ancre and favorite of Marie de Médicis. For the time being this peppery juice attracted me… but I wanted to head off to other olfactive emotions.

Traversant la rue de la Paix et la place Vendôme nous étions chez Guerlain. Là je respirais Vol de Nuit, en l’absence de Sous le Vent et d’Après l’Ondée…. Vol de Nuit toujours d’une minérale amertume qui fait tout son chic…. Melissa se laissait se faire attirer par un parfum qu’elle porte déjà, Eau de Lingerie. Elle est toujours conquise par sa douceur.
*
Crossing the rue de la Paix and the place Vendome we headed into Guerlain. There I smelled Vol de Nuit, in the absence of Sous le Vent and Après l’Ondée… Vol de Nuit of a bitter mineral scent that brings out all its chicness… Melissa let herself be pulled in by a perfum she wears already, Eau de Lingerie. She remains under the spell of its softness.

Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Puis en traversant la rue Saint Honoré, nous étions chez Annick Goutal. Là Chéri respirait Duel qu’adorait Melissa (pour les légères notes de rose qui s’imprègne bien sur la peau de Chéri), qui respirait Petite Chérie un de ses parfum préférés. Encore de la douceur. Quant à moi, c’était Sables dont je retrouvais les embruns profonds.
 » Je veux le prendre dis-je à Chéri. Attends un peu, il fait trop chaud pour porter ça.. C’est un parfum de fourrures. »
*
Then while crossing the rue Saint Honoré, we stopped at Annick Goutal. There, Chéri smelled Duel that Melissa loves on him (for its light notes of rose that sink so well into Chéri’s skin), and she smelled Petite Chérie one of her favorite perfumes. More of that softness. As for me, it was Sables in which I found those deep sea notes.
« I’d love to take this one, said I to Cheri. Wait a bit, he replied its to warm out for that one, that’s a perfume for fur weather. »

Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Perfume Tour, Prête-Moi ParisPrête-Moi Paris

Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Trente mètres plus loin se trouvait le miniscule salon violet de JAR; là un ravissant garçon aux yeux bleus nous fit asseoir gracieusement en rang d’oignons, avant de décoiffer des cloches de verre qui couvaient les parfums sur des peaux imbibés… ces parfums ne se présentaient pas par leur noms d’abord, mais exhalaient un monde de réminiscences et traînaient avec eux un opéra, toute une mise en scène capiteuse ou intimiste…. Après avoir envahi nos narines, le nom de chaque parfum nous a été chouchoté comme un secret. Les parfums? …C’était tantôt grisant, parfois poignant, d’autres fois gourmand, et toujours éclatant et fastueux. Je me souviens encore du nom de mon préféré  » Golconda »…. Noms et fragances qui s’expliqaient lorsque l’on nous montra les joailleries d’exception crées par l’artist de ces parfums fantastique. Joel Arthur Rosenthal est l’auteur de tous ces trésors. Un artiste bien mystérieux qui laisse apparaître quelques brins de son inspiration sur le somptueux décor de la boutique, entièrement conçue par lui même. Nous étions plus que enchantés.
*
Thirty meters down the sidewalk we happened upon a tiny puple salon, JAR. There a beautiful young man with stunning blue eyes graciously sat us down in a row one after the other before lifting up the glass bells that protected the skins soaked in perfume… these perfumes were not presented first and foremost by their names, but that exuded a world of reminiscence and drew out with them an entire opera, all in an intimate and powerful performance… After having filled our nostrils, the name of each scent was revealed to us in a whisper as a secret. The perfumes? … They were sometimes intoxicating, other times striking, and others even greedy, but all were surprising and rich. I remember the name of my favorite, « Golconda »… Names and fragrances made sense when we were presented with the exceptional jewelry created by this artist of fantastic perfumes. Joel Arthur Rosenthal is the author of all these treasures. A seemingly mysterious artist who let’s us in a a few glimpses of what inspires him in the decoration of the boutique, a boutique entirely designed by himself. We were beyond enchanted.

Photo by Jozsef Tari for JAR

Photo by Jozsef Tari for JAR

Photo by Jozsef Tari for JAR

Photo by Jozsef Tari for JAR

Photo by Jozsef Tari for JAR

Photo by Jozsef Tari for JAR

 

Nous continuions sur le même trottoir de la rue Castiglione pour arriver au 4, chez Jovoy, accueillis par les bougies parfumées géantes stationnées juste à l’extérieur de la boutique. Un interieur charmant qui rappelle un autre époque, un vrai bric à brac où sont rassemblés les bons vieux jus de tant de maisons éphémères ou trépassées que Jovoy s’emploie à ressusciter. Les Piguet étaient là, Bandit et Habanita. L’Eau de Gloire d’Empire. Ainsi que des petites colonnes chargées d’autant d’eaux qui se nommaient Bonaparte, Eckmulh; Joséphine ou Eugénie…. Le tout avec les bougies assorties…. La tête commençait à me tourner. Je sentis seulement l’Eau de Gloire qui sur mon poignet faisait un effet cologne agréable pour la moiteur du jour. Nombreux de ces parfums peuvent se trouver aussi dans la charmante boutique du Marais, Marie Antoinette, un endroit plus intime où l’on peut discuter longement sur les plaisirs olfactifs…
*
We continued on the same sidewalk of rue Castiglione to arrive at number 4, the boutique Jovoy, welcomed by the giant scented candles positioned juste outside their doors. The inside was charming and gave off a feeling of another place in time; a real pele-mele where you can find all the good old juices of so many perfume houses disappeared or gone by that Jovoy is attempting to revive. The Piquet was there, Bandit and Habanita. The Eau de Gloire d’Empire. And all these little shelves stuffed with so many « eaux » titled with names such as Bonaparte, Eckmulh, Josephine or Eugénie… The entire lot with assorted scented candles. My head was starting to get cloudy from all these scents. On only tested one, Eau de Gloire which on my wrist had a fresh cologne effect that was quite agreable for the humidity of the day. Many of these perfumes can be found as well in the charming little boutique in the Marais, Marie Antoinette, a more intimate space where you can discuss lengthily about all these olfactory pleasures.

Nous sortions, et voulions aller en face, au 5, chez Patou. Là tout était dévasté, en transit vers la rue Saint Florentine…
*
We left, and were hoping to head across the street to number 5, Jean Patou. But the boutique was gutted and moved to rue Saint Florentine…

Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Perfume Tour, Prête-Moi Paris

Alors, un peu déçus de ne pas humer Joy, nous allions voir au 21 rue du Mont Thabor, chez Frédéric Malle. Là un autre charmant jeune homme nous installait toujours en rant d’oignons, avant de nous demander ce que nous aimions comme fragances. Je parlais du citron et il me trouva Bigarrade Concentrée, Chéri parlait des citronnés aussi ansi que des parfums puissants, ce fut Musc Ravageur, qu’il aurait envisagé d’adopter si le packaging avait été à son goût. Quant à Melissa elle a trouvé son bonheur de douceur dans le parfum Eau d’Hiver créé par Jean Claude Ellena pour la maison Frédéric Malle. On nous trouva des sac en plastique pour isoler nos mouillettes, ainsi que des échantillons de parfum. Une maison créée et dirigée par ce Frédéric Malle, elle invite tous les grands noms et grands nez à créer leur fantasies sous la marque avec leurs créations clairement attribuées à leurs noms, un concept innovant… J’y reviendrai.
*
So,a little disappointed to not be able to sniff Joy, we went towards 21 rue Mont Thabor,to the Frédéric Malle boutique. There another charming young man sat us down one by one in a row again before asking us what we preferred for fragrances. I spoke if citrus and he selected Bigarrade Concentré. Chéri mentioned citrus too as well as something strong, for him Music Ravageur was selected,and he would have liked to purchase it but was not fond of the packaging. As for Melissa she found her delight in the perfume Eau d’Hivercreated by Jean Claude Ellen’s for Frederic Malle. We were given sealable envelopes to protect out little scented testers and each a miniature perfume for sampling. The perfume house is under the direction of Frederic Malle and invites all the great names and noses of the perfume world to create their fantasies for the brand which are clearly marked with each artists’ name. And innovative concept… I shall be returning there.

Suivez notre itinéraire pour faire votre propre balade parfumista à Paris. N’hésitez pas a poser des questions au vendeurs ou demander de tester des parfums qui vous plaisent. Pour quelques heures de découverte et de bonheur vous n’avez rien à dépenser et beaucoup à apprendre.

Follow our little itinerary to have your own Parisian perfumista tour. Don’t hesitate to ask the sales people questions or to ask to test the perfumes you’re interested in. For a few hours of discovery and joy you don’t have to spend a dime!

 

 

 

 

  1 comment for “A Parisian Perfume Promenade

  1. 17 septembre 2014 at 19:21

    Malle is my man. Rouge à levres for when I’m feeling rock n’ roll… Iris poudré when I wanna make ’em weak in the knees!

Leave a thought or two!

%d blogueurs aiment cette page :